Le défenseur Anton Stralman fait son travail sans bruit avec les Rangers

vendredi 2014-06-13 / 13:23
Corey Masisak  - Journaliste LNH.com

LOS ANGELES – Maintenant qu’il s’est écoulé pas mal de temps depuis que les Rangers de New York ont changé d’entraîneur en chef, il est évident que certains joueurs ont connu plus de succès sous les ordres d’Alain Vigneault que sous le règne de John Tortorella.

Ryan McDonagh s’est épanoui à titre de défenseur no 1 et il pourrait devenir un jour un candidat pour le trophée Norris. Chris Kreider est devenu un attaquant régulier et une menace à l’attaque.

Le défenseur Anton Stralman est peut-être le joueur qui a le plus progressé depuis le changement d’entraîneur en chef. Non seulement Stralman s’est vu accorder plus de responsabilités par le nouveau personnel d’entraîneurs, mais il est devenu un joueur clé pour les finalistes de la Coupe Stanley en raison de son habileté à bien jouer dans les situations critiques.

« Je crois qu’il connaît sa meilleure saison depuis son arrivée à New York », a déclaré l’attaquant Carl Hagelin, des Rangers. « Les entraîneurs ont pleinement confiance en lui et on a pu voir comment il avait progressé au cours de la saison... Il n’est pas un joueur flamboyant, mais il trouve toujours le moyen de s’emparer de la rondelle. Il est un bon patineur et il est capable de contrer un bon échec avant contre lui. Il va pivoter rapidement afin de se sortir du pétrin.

« Il a démontré beaucoup d’amélioration au cours de la saison. Il avait peut-être besoin d’avoir plus confiance en ses moyens afin de pouvoir accomplir plus de choses sur la glace et faire les jeux qu’il croyait être capable de faire. Il n’est pas le genre de gars à se décourager et il a certainement profité du changement d’entraîneur. »

Stralman a voyagé beaucoup avant de joindre les Rangers. Choix de septième ronde (216e) des Maple Leafs de Toronto au repêchage 2005 de la LNH, il a été échangé deux fois dans la même saison et après la campagne 2010-2011, il était un joueur autonome qui était sans contrat.

Les Devils du New Jersey lui ont accordé un essai avant de le libérer. Stralman a passé le premier mois de la campagne 2011-2012 à la maison. Les Rangers lui ont finalement fait signer un contrat en novembre 2011, et il s’est amélioré de façon continue au cours des trois dernières saisons.

En 2012-2013, Stralman était employé presque exclusivement au sein de la troisième paire de défenseurs. Cela signifiait un temps d’utilisation restreint. Il affrontait soit les adversaires les moins bons ou commençait ses présences en zone offensive, soit les deux.

Stralman a marqué quatre buts et totalisé sept points durant la saison écourtée en raison du lock-out, mais ses statistiques concernant la possession de rondelle lorsqu’il était sur la glace étaient bonnes. Il y avait des réserves à savoir où et quand l’utiliser.

Vigneault a promu Stralman sur la deuxième paire de défenseurs au côté de Marc Staal. Ils sont devenus le duo défensif des Rangers qui affronte les meilleurs joueurs adverses.

« Je pense que nous sommes deux joueurs fiables, a dit Stralman. Ni l’un ni l’autre n’est flamboyant et on ne prend pas trop de risques, mais je pense que la grande raison de nos succès, c’est que l’on joue ensemble depuis un bon bout de temps. C’est une situation que je n’avais jamais connue depuis le début de ma carrière. C’est évidemment une bonne sensation de savoir que 90 pour cent du temps tu vas sauter sur la glace avec le même compagnon. C’est tout un sentiment de confiance. On apprend à se connaître et à savoir ce que l’autre fera, et cela facilite beaucoup les choses. »

L’aspect compétitif de Stralman a augmenté. Son pourcentage de présences en zone offensive a diminué. Mais ses statistiques concernant la possession de rondelle se sont maintenues. Cette capacité de contrôler le jeu malgré la forte compétition a une très grande valeur.

L’efficacité de Stralman contre les meilleurs joueurs adverses en situations difficiles a été très bien démontrée dans la Finale de la Coupe Stanley. Lui et Staal ont affronté les meilleurs trios des Kings de Los Angeles, qui mènent la série 3-1 avant le cinquième match disputé vendredi au Staples Center (20h; RDS, CBC, NBC).

Dans les deuxième et troisième rencontres, Stralman a présenté selon la formule Corsi (tentatives de tirs) un pourcentage à forces égales de plus de 60 pour cent même s’il a entrepris la plupart de ses présences en zone défensive.

Dans le troisième match, Stralman n’a été sur la glace pour aucune des mises en jeu en zone offensive. Les Kings sont la meilleure équipe de la ligue pour la possession de la rondelle, mais pendant ces deux matchs, ils pourchassaient la rondelle quand Stralman était sur la glace.

Lui, tout comme les autres joueurs des Rangers, a été pressé un peu plus par les joueurs des Kings dans le quatrième match, mais New York l’a tout même emporté 2-1. Stralman a d’ailleurs effectué un jeu clé en empêchant la rondelle de pénétrer dans le filet en première période.

« C’est formidable », a déclaré Stralman en parlant de ses responsabilités accrues. « Je n’ai pas beaucoup connu cela au cours de ma carrière. Cela prend un certain apprentissage d’affronter les meilleurs joueurs. On ne peut se permettre d’avoir une mauvaise présence, car tu sais qu’ils vont profiter de leurs chances. C’est vraiment une question de bien jouer à chaque présence et de s’assurer que chacun fait son travail. Quand tous les joueurs sont à la bonne place, ça n’a pas de prix, car tu peux jouer de façon serrée. C’est tout ce que tu peux faire. »

Sa bonne saison et ses performances dans les séries éliminatoires arrivent à un bon moment pour Stralman, puisqu’il deviendra joueur autonome sans compensation si les Rangers ne lui font pas signer une nouvelle entente avant le 1er juillet.

Le prochain contrat de Stralman sera une sorte de test dans le monde du hockey, lui qui n’a marqué qu’un but et totalisé 13 points cette saison. Il n’a inscrit aucun but et amassé cinq points dans les présentes séries éliminatoires.

Mais si l’on creuse un peu plus, la valeur de Stralman devient plus apparente. Il se distingue dans tous les départements pour quelqu’un qui est sous-évalué.

Les Rangers ont présenté un faible pourcentage de tirs quand il était sur la glace, diminuant ainsi ses statistiques traditionnelles. Il entreprend la plupart de ses présences en zone défensive, ce qui n’aide pas nécessairement à marquer des buts et récolter des points. Mais toutes ses statistiques personnelles sont reliées à celles de l’équipe, et au cours de la saison régulière, les Rangers figuraient parmi l’élite de la ligue dans plusieurs d’entre elles.

Stralman jouit d’un autre avantage dans ce qui n’apparaît pas être une grande cuvée de défenseurs autonomes cette année. Il est âgé de 27 ans, et peu d’éventuels joueurs d’impact deviennent joueurs autonomes à cet âge en raison des contrats à long terme qu’ils ont signés quand ils étaient joueurs autonomes avec compensation.

De plus, il est un défenseur droitier, ce qui représente un atout que l’on pourrait comparer à être un lanceur gaucher au baseball. Ils sont peu nombreux, de sorte que la demande dépasse souvent l’offre.

Un joueur avec le profil de Stralman pourrait être sous-évalué, mais compte tenu du nombre d’équipes qui accordent plus de crédibilité à l’analyse qu’aux statistiques, il y a fort à parier que les enchères pourraient être élevées si les Rangers ne lui font pas signer un contrat avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

« J’ai pensé à cela pendant la campagne, mais il reste encore une semaine à la saison, a dit Stralman. Peu importe ce qui arrivera, je vais vivre avec les conséquences. Il n’y pas vraiment de raison à ce que je pense à cela en ce moment. Nous avons beaucoup de choses à penser. Nous vivons une période plaisante et je tente juste d’en profiter autant que je peux. »

HAUT DE PAGE