Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Les bonds chanceux sont finalement allés du côté des Rangers

jeudi 2014-06-12 / 2:26
Emna Achour  - Journaliste LNH.com

NEW YORK – Le défenseur des Kings de Los Angeles Drew Doughty a dit que c’était ce qui avait fait la différence dans le match. « Welcome to my life », ont dû se dire les joueurs des Rangers de New York.

Dans la victoire de 2-1 des Rangers face aux Kings lors du match no 4 de la Finale de la Coupe Stanley mercredi, « la rondelle a roulé pour New York », comme on dit dans le jargon.

L’entraîneur Alain Vigneault n’a pas voulu dire lors de son point de presse d’après-match qu’il était superstitieux, mais il a admis qu’il croyait que certaines forces pouvaient parfois prendre le contrôle de la tournure des événements dans le merveilleux monde du hockey.

« Ça fait assez longtemps que je gravite autour de ce sport pour savoir qu’à certains moments, les dieux du hockey sont là, a-t-il dit, tout sourire. Et ils étaient certainement là ce soir (mercredi). »

Contrairement à ce qui était arrivé pendant les trois premières rencontres de la série, où ce sont les Kings qui ont bénéficié de bonds chanceux – rondelles qui dévient sur des patins, disques redirigés par les défenseurs des Rangers dans leur propre filet – la troupe de Vigneault a finalement vu la chance lui sourire de ce côté-là.

« J’ai l’impression qu’on méritait certains [de ces bonds], a déclaré l’attaquant Rick Nash. Après les trois premiers matchs, c’est comme si nous étions incapables d’en avoir un en notre faveur. On a travaillé fort, et ç’a fini par payer. »

Alors que les Rangers menaient 1-0 grâce à un but de Benoît Pouliot en première période, les Kings ont bien failli créer l’égalité quelques minutes plus tard, n’eût été de la présence d’esprit du défenseur des Rangers Anton Stralman. Henrik Lundqvist croyait bien avoir fait l’arrêt aux dépens de Tanner Pearson des Kings, mais la rondelle a tranquillement glissé derrière lui. Sauf que Stralman veillait au grain, lui qui a dû s’y prendre à deux fois pour finalement empêcher le disque de franchir la ligne de but au tout dernier moment.

Et ils sont passés très près de laisser les Kings forcer la tenue d’une prolongation quand le jeune Pearson a redirigé un lancer d’Alec Martinez qui a déjoué Lundqvist, mais que la rondelle a terminé sa course directement sur la ligne en raison de l’accumulation de neige à 1:11 de la fin de la troisième. L’attaquant des Rangers Derek Stepan a ensuite sauvé son gardien à son tour en poussant le disque avec sa main hors de danger alors qu’il était sur le point de pénétrer dans le filet.

« Évidemment, tout ce que je voulais c’est que [la rondelle] n’entre pas dans le but, a évoqué Stepan. J’essayais juste de faire tout ce que je pouvais pour l’arrêter. Après l’avoir poussée sous [Lundqvist], je ne savais pas du tout où elle était ni qu’est-ce qui allait se passer, alors c’était un jeu assez chanceux. »

D’après le défenseur Marc Staal, l’élément chance a certainement grandement aidé la cause des Rangers, mais c’était aussi une combinaison de bonnes décisions prises par ses coéquipiers pour éviter les dégâts.

« Souvent, tu commences à paniquer et tu finis par pousser le disque dans ton propre filet, mais nous avons fait du bon travail pour demeurer calmes quand elle se trouvait [sur la ligne] et nous avons pu la ramener sous Hank pour entraîner le sifflet, a déclaré Staal. S’ils marquent sur cette [première] chance, ils vont chercher le momentum. Mais on a réussi à les en empêcher, et quand ils ont obtenu d’autres opportunités, Hank était là pour réaliser de gros arrêts. »

Sauf que de l’avis de plusieurs joueurs dans le vestiaire des Rangers, outre le résultat, le match en soi était assez « laid ». Mais compte tenu de la situation dans laquelle New York se trouvait, à une défaite près de voir son beau parcours en séries prendre fin, tous les moyens étaient bons pour gagner.

« On a probablement disputé notre pire match de la série, mais on a gagné, a avoué l’attaquant Mats Zuccarello. Mais n’importe quoi pour gagner, n’est-ce pas? Alors on va la prendre cette victoire, c’est certain. C’était un bel effort d’équipe et on n’a même pas joué notre meilleur hockey. On avait probablement mieux joué [que les Kings] lors des deux ou trois premières rencontres, mais on n’avait pas gagné. On va prendre celle-là avec plaisir. »

HAUT DE PAGE