La Russie est défiée, mais réussit tout de même à blanchir la Norvège

mardi 2014-02-18 / 10:40
Arpon Basu  - Directeur de la rédaction LNH.com

SOTCHI – Ilya Kovalchuk avait dit, après la victoire de la Russie contre la Slovaquie dimanche qui a assuré le pays hôte d’avoir à disputer un match de qualification pour passer au tour suivant, qu’il aimerait mieux affronter la Norvège que de juste s’entraîner.

Eh bien, la Russie a eu tout un entraînement mardi.

Alexander Radulov a marqué deux buts pour donner à la Russie un gain de 4-0 face à la Norvège, mettant la table pour un duel de quarts de finale contre la Finlande jeudi (7 h 30 HE; TVA Sports, CBC, NBCSN).

La puissante attaque russe a encore une fois trébuché après n’avoir marqué aucun but en 60 minutes de temps réglementaire et une prolongation de cinq minutes face à la Slovaquie. La Russie menait 2-0 mardi jusqu’à ce que Radulov inscrive son deuxième du match dans un filet désert à 18:53 de la troisième.

C’était 0-0 après une période et la Russie a généré peu de chances de marquer, créant une atmosphère de nervosité parmi les 11 423 partisans présents au Palais de glace Bolchoï, qui ont bien fait sentir leur présence lors des quarts matchs des leurs, dont seulement un contre une puissance de hockey traditionnelle, samedi face aux États-Unis.

Le tournoi olympique de la Norvège a pris fin sans son meilleur joueur dans la formation. L’attaquant et meilleur pointeur des Rangers de New York, Mats Zuccarello, n’a pas été en mesure de prendre part à la plus importante rencontre de l’équipe norvégienne en raison d’une blessure à la main gauche.

Cependant, les Norvégiens ont joué dur et ont bien protégé leur gardien Lars Haugen, qui côtoie plusieurs joueurs russes sur une base régulière avec le Dinamo de Minsk dans la KHL.

Haugen a été à la hauteur mardi, bloquant bon nombre de chances de marquer de qualité en deuxième période alors que la Russie dominait la Norvège 14-6 au chapitre des lancers.

Les deux buts des Russes au deuxième tiers ont été le fruit des efforts du trio de Pavel Datsyuk, Radulov et Kovalchuk.

Radulov a ouvert la marque à 13:08 sur un bond chanceux, lui qui a contourné le filet et envoyé une passe devant le but qui a ricoché sur un défenseur norvégien.

La Russie a fait 2-0 à 17:11 quand Datsyuk a repéré Radulov devant pour un lancer qui a touché le poteau, mais Kovalchuk a récupéré le retour pour faire vibrer les cordages.

Radulov a marqué dans un filet désert à 18:53 pour porter le pointage à 3-0 et Alexei Tereshenko a touché la cible peu de temps après, laissant croire que le match était beaucoup moins serré qu’il ne l’était réellement.

Mais ce fut le but inscrit par Kovalchuk qui a assuré qu’il n’allait pas avoir à ravaler ses mots d’il y a deux jours, et la Russie a résisté à une charge finale de la Norvège en troisième période pour s’emparer de la victoire.

HAUT DE PAGE