Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Chara honoré de porter le drapeau de la Slovaquie aux Jeux olympiques

jeudi 2014-02-06 / 6:00
Matt Kalman  - Correspondant LNH.com

WILMINGTON, Massachusetts – Daniel Day-Lewis fait partie de la longue liste d’acteurs célèbres qui sont connus pour être tellement dévoués à un rôle qu’ils refusent de décrocher de leur personnage même quand les caméras ne tournent pas.

Le défenseur des Bruins de Boston Zdeno Chara est tellement dédié à être le leader de son équipe qu’il n’a pas décroché de son personnage, même quand des leaders sportifs de son pays natif, la Slovaquie, lui ont présenté l’opportunité de toute une vie.

Il y a quelques mois, Chara a appris qu’il avait été choisi pour être le porte-drapeau de la Slovaquie lors des cérémonies d’ouverture des Jeux de Sotchi 2014. Mais grâce au support de ses coéquipiers et de la direction des Bruins, il mènera la marche lors des festivités.

« J’étais ravi et très excité. Je dirais même dépassé par les événements, a dit Chara. Mais au début, j’étais certainement sceptique. Sauf que par la suite j’étais très content que ça fonctionne. »

Le scepticisme de Chara par rapport à la situation s’était manifesté en raison du timing des cérémonies, prévues pour le 7 février. C’est que les Bruins affronteront les Blues à St. Louis le 6 février et les Sénateurs d’Ottawa à domicile le 8 février. Le capitaine de longue date des Bruins ne pouvait déserter ses coéquipiers pour deux matchs sans leur approbation.

« J’ai parlé à quelques gars et j’ai même demandé à la direction, a déclaré Chara. Alors je voulais m’assurer que ça ne les dérange pas; l’équipe, la direction, l’organisation. Avant même de prendre ma décision, je leur ai demandé. Et ensuite j’ai pris ma décision. Ce n’est pas comme si j’avais décidé et qu’ensuite je voulais savoir comment ils réagiraient. Et une fois que j’ai su que tout le monde me supportait… »

Patrice Bergeron, adjoint au capitaine des Bruins, a pouffé de rire lorsqu’il été interrogé sur le fait que Chara ait même considéré refuser l’offre de son pays d’origine en raison de sa relation avec ses coéquipiers.

« Je pense que c’est super. Quand j’en ai entendu parler, j’ai trouvé que c’était une excellente nouvelle, c’est bien mérité », a dit Bergeron, qui représentera le Canada à Sotchi. « C’est quelque chose dont il va se rappeler toute sa vie. C’est un immense honneur de porter le drapeau de son pays. C’est spécial et je suis très content pour lui. »

Même si Chara a déjà participé à deux autres tournois olympiques et qu’il prend part à des événements internationaux depuis plus d’une décennie, être le centre d’attention de toute la délégation olympique de sa nation devant des milliers de personnes sur place et des millions de plus devant leur écran de télévision partout à travers le monde est bien différent que jouer en défensive. Néanmoins, Chara a assuré qu’il n’était pas nerveux, seulement « excité ».

La cérémonie donnera à Chara une chance de renouer avec des skieurs et des bobeurs qu’il avait rencontrés dans le passé et aussi rencontrer plusieurs autres athlètes. Les amis et la famille de Chara regarderont la cérémonie de plus près que dans le passé cette année. En particulier son père Zdenek, autrefois olympien en lutte gréco-romaine, a plus que hâte de voir son fils porter le drapeau slovaque.

« Il est super excite et très fier et honoré, a mentionné le plus jeune Chara. Je suis en quelque sorte excité pour lui aussi parce qu’il a déjà pris part aux Jeux olympiques et je sais à quel point c’est important pour lui. »

Les Bruins vont tenter d’aller chercher quatre points au classement sans leur meneur au chapitre du temps de glace (24:58). Chara a également inscrit 13 buts et amassé 25 points en 53 rencontres.

« Bien sûr qu’il va nous manquer, a dit Bergeron. C’est certain. Mais je pense que c’est une grande opportunité pour lui et une situation exceptionnelle. On devra élever notre jeu d’un cran en tant qu’équipe et faire le travail. Il le fait toujours pour nous alors on doit faire la même chose. »

L’entraîneur Claude Julien aura la tâche d’assembler une unité défensive et de mettre au point un plan de match qui comblera son énorme absence. Cependant, Julien a indiqué que c’est le genre de modifications qu’il lui fait plaisir d’apporter dans le cadre d’une situation aussi unique et pour quelqu’un qui a tant donné aux Bruins au cours des années.

« Pour ce qu’il a fait pour notre organisation et l’honneur que ça représente, de porter le drapeau de ton pays, comment ne pas supporter cette opportunité?, a mentionné Julien. Alors on ne fait que notre travail. Ce n’est pas différent que s’il avait été blessé. J’aime mieux l’envoyer là-bas en sachant qu’il est en santé et qu’il se repose que d’avoir un gars blessé dans notre formation et ne sachant pas combien de temps il sera sur la touche. Alors ce n’est pas une mauvaise situation, les circonstances sont bonnes avec lui. »

Chara place toujours les succès de son équipe devant les siens comme n’importe quel acteur de soutien. Ce rôle principal n’est qu’une récompense de la part de la Slovaquie et des Bruins.

HAUT DE PAGE