Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Des Maple Leafs motivés retournent à Boston

samedi 2013-11-09 / 16:13
Matt Kalman  - Correspondant LNH.com

BOSTON – Plusieurs facteurs expliquent la conquête de la Coupe Stanley par les Bruins de Boston en 2011.

Une de leur principales sources de motivation provenait de la déception causée par leur élimination le printemps précédent après avoir pris une avance de 3-0 sur les Flyers de Philadelphie en deuxième ronde des séries. Les Bruins étaient alors devenus une des trois seules équipes de l’histoire de la LNH à être éliminées après avoir mené 3-0.

On peut faire un rapprochement entre ce qui est arrivé aux Bruins en 2010 et aux Maple Leafs de Toronto en 2013. Les Maple Leafs sont de retour au TD Garden samedi pour la première fois depuis qu’ils ont bousillé une avance de 4-1 avec moins de 11 minutes à jouer en troisième période du septième match de première ronde des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Nathan Horton avait rétréci la marge à 9:18 puis les Bruins avaient marqué deux buts en 31 secondes et Patrice Bergeron avait tranché le débat à 6:05 de la prolongation pour compléter un des plus spectaculaires retours de l’histoire des séries de la Coupe Stanley.

Cinq mois plus tard, les Maple Leafs semblent s’en être bien remis. Ils sont arrivés à Boston pour le match de samedi soir avec une fiche de 11-5-0, installés au premier rang de la division Atlantique à égalité avec le Lightning de Tampa Bay.

« De toute évidence c’est quelque chose qui a aidé à nous propulser en finale de la Coupe Stanley », a reconnu Milan Lucic, auteur du but qui avait fait 4-3. « Mais j’avais déjà été de l’autre côté de la barrière. En 2010, nous menions 3-0 lors du septième match après avoir été en avance 3-0 dans la série, et je pense qu’avec le recul, cela nous a rendus plus solides comme équipe et capables de rebondir de la sorte nous aussi.

« Si vous regardez ce qui se passe à Toronto, ils sont devenus plus forts comme le prouve leur début de saison et nous allons voir jusqu’où cela peut les mener. »

Les Bruins ont conservé leur élan pris lors de ce septième match pour gagner leurs deux séries suivantes, en cinq matchs contre les Rangers de New York puis en quatre contre les Penguins de Pittsburgh, avant de s’incliner en six face aux Blackhawks de Chicago en grande finale.

Quoi qu’il en soit, on n’a pas oublié ce dernier septième match à Boston et en Ontario.

« Oui, on m’en a parlé à quelques reprises de retour à la maison, surtout qu’il y a plusieurs partisans des Maple Leafs là d’où je viens », a raconté Daniel Paillé, l’attaquant des Bruins natif de Welland en Ontario. « On était très déçu mais en même temps content pour notre équipe à cause de moi. C’est certainement un beau souvenir. Mais c’est derrière nous. Il faut passer à autre chose. »

Le Garden pourrait être vu comme un musée des horreurs pour les Leafs, mais on doit aussi se rappeler qu’ils y ont gagné deux matchs et qu’ils avaient eux-mêmes remonté un déficit de 3-1 dans la série.

Samedi soir, ils voudront se servir de cette douloureuse défaite pour se motiver, mais sans oublier ce qu’ils ont fait de bien depuis le début de la saison.

« Nous sommes excités de retourner à Boston, a confié Nazem Kadri. C’a été une façon difficile de mettre fin à notre dernière saison, mais nous avons 16 matchs de joués et nous avons mis tout ça derrière nous… mais on y pense encore un peu, c’est certain. »

Les Bruins de 2010-11 avaient entrepris leur rédemption de la même belle façon, présentant une fiche de 11-5-1 après 17 rencontres. Le fort début de saison des Maple Leafs n’est donc pas une surprise pour eux.

« Je sais que ç’a été une courte saison mais on a pu voir l’an dernier à quel point ils étaient bons, a rappelé Paillé. Et ils étaient encore meilleurs dans notre série. Ils sont aussi améliorés en défense et ils ont ajouté de l’agressivité. Ils deviennent une équipe plus dynamique et je pense que plusieurs les voient maintenant comme une forte menace. »

HAUT DE PAGE