Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Un changement d’air profitable pour Mathieu Perreault

jeudi 2013-10-24 / 17:09
Emna Achour  - Journaliste LNH.com

MONTRÉAL – Repêché en sixième ronde (177e au total) en 2006 par les Capitals de Washington, Mathieu Perreault semble ne jamais être sorti de ce rôle de « joueur repêché au sixième tour », justement. Du moins jusqu’au 29 septembre 2013.

L’entraîneur des Ducks Bruce Boudreau – qui était aussi son entraîneur à Washington – a vu en lui un potentiel que l’organisation des Capitals a décidé d’échanger à Anaheim le mois dernier, en retour de John Mitchell et d’un choix de quatrième tour à l’encan 2014.

« À Washington, il semblait toujours jouer sur le quatrième trio ou parfois sur le deuxième pour un match ou deux, et dès qu’il faisait quelque chose de travers, on l’envoyait dans les gradins », a mentionné Boudreau, qui a dirigé les Capitals de 2007 à 2011. « Je lui ai dit qu’ici, il serait notre centre de deuxième trio et qu’on allait lui donner cette chance jusqu’à ce qu’il prouve qu’il ne mérite plus d’être là. Et jusqu’à présent, il a prouvé qu’il était bel et bien à sa place. »

Et même si Boudreau nie avoir tenté d’influencer le directeur général des Ducks Bob Murray pour qu’il aille mettre la main sur Perreault, le Québécois est convaincu que Boudreau y a été pour quelque chose.

« Il a poussé beaucoup pour moi et il me l’a dit, il m’a appelé tout de suite quand la transaction est survenue et je pense que c’est probablement la raison principale pour laquelle je suis venu ici à Anaheim, a évoqué Perreault. Il m’a toujours aimé comme joueur, à Washington il me le disait toujours. Je pense que c’était plus haut dans l’organisation où on m’aimait un peu moins. On l’a vu tout de suite quand je suis arrivé ici; on m’a mis sur le deuxième trio avec [Teemu] Selanne, donc je suis vraiment content. »

Après de nombreuses allées et venues entre la LNH et la Ligue américaine de hockey depuis son arrivée chez les pros en 2008, Perreault est finalement en train de retrouver la touche offensive qui lui avait permis d’avoir du succès dans la LHJMQ avec le Titan d’Acadie-Bathurst à son époque junior.

Il avait inscrit 41 buts et amassé 78 aides pour 119 points en 67 matchs en 2006-07 dans le circuit Courteau, alors que sa meilleure saison dans la Ligue nationale s’était terminée avec une récolte de 30 points (16 buts et 14 mentions d’assistance) en 64 rencontres avec les Capitals en 2011-12.

Mais le Drummondvillois d’origine roule présentement sur une séquence de quatre matchs avec au moins un point – un sommet en carrière –, au cours de laquelle il a touché la cible deux fois et amassé deux aides.

Boudreau se dit ne pas être surpris du tout par les bonnes performances de Perreault, lui qui a en tout récolté neuf points (quatre buts et cinq aides) en autant de matchs depuis le début de la campagne.

« Je savais qu’il produirait comme ça, a indiqué Boudreau. Il m’arrivait de regarder des matchs des Capitals de temps à autre et il semblait toujours être le joueur qui récoltait des points et qui créait des chances de marquer. Il est un peu plus mature maintenant, il a 25 ans, et il est devenu plus constant. Il fait du très bon boulot pour nous. »

Selon Perreault, il est difficile de pointer un élément précis qui explique ses récents succès, mais il est d’avis que la confiance que l’organisation des Ducks fonde en lui en est grandement responsable.

« Je ne pourrais pas mettre le doigt sur une chose en particulier parce que j’ai toujours eu confiance que je pouvais jouer dans cette ligue-là et être un bon joueur, a-t-il déclaré. Mais je n’avais juste jamais eu la confiance et l’opportunité que j’aurais peut-être désirée à Washington. Sauf qu’en ce moment j’ai tout ça ici à Anaheim et ça va bien, donc j’espère que ça va continuer. »

Perreault est d’ailleurs très conscient de la chance qu’il a de se retrouver avec l’une des équipes les plus en vue de la LNH jusqu’à maintenant, les Ducks n’ayant encaissé que deux revers depuis le début de la saison.

« Quand j’ai été échangé, j’ai parlé avec [l’entraîneur des Capitals] Adam Oates tout juste après que la transaction eut été complétée, et j’allais probablement être 13e attaquant à Washington. Donc d’être ici à Anahiem, c’est vraiment la meilleure chose qui pouvait m’arriver. »

Et même s’il n’est jamais évident de se départir de l’équipe qui t’a repêché, Perreault a senti que le moment était venu de quitter les Capitals.

« Autant j’adorais Washington, j’adorais les gars, autant je pense que j’étais rendu là, a-t-il mentionné. Quand tu regardes cette année, j’ai la chance de jouer avec Selanne, sur un deuxième trio, sur la deuxième vague du jeu de puissance. Je ne peux pas vraiment demander mieux. Je me considère un peu chanceux. Ç’aurait pu ne pas arriver et je serais toujours à Washington, dans les gradins. Donc je suis vraiment heureux. »

HAUT DE PAGE