Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Jean-Sébastien Giguère et l’Avalanche blanchissent les Penguins

lundi 2013-10-21 / 22:31
Wes Crosby  - Correspondant LNH.com

PITTSBURGH – L’Avalanche du Colorado a dû écouler sept jeux de puissance, mais a tout de même réussi à blanchir les Penguins de Piitsburgh lundi.

Le but de Gabriel Landeskog en deuxième période a été suffisant pour propulser l’Avalanche vers un gain de 1-0 face aux Penguins au Consol Energy Center.

Pittsburgh a alloué 14 lancers au Colorado, mais la troupe de Patrick Roy s’est montrée opportuniste malgré ses chances limitées. Le troisième filet de la saison de Landeskog, inscrit à 5:26 du deuxième tiers, a fait la différence dans un duel entre deux équipes qui se sont amenées dans le match de lundi avec des fiches identiques de 7-1-0.

Jean-Sébastien Giguère a repoussé les 34 tirs qui ont été dirigés vers lui pour le Colorado.

« Pour nous, chaque victoire est importante, a déclaré Roy. Mais celle-là était vraiment spéciale pour nous. Ce n’est pas à tous les jours qu’on va gagner à Pittsburgh [quand] ils bénéficient de sept jeux de puissance. Ils sont probablement l’une des meilleures équipes de la ligue, et ils bougeaient vraiment bien la rondelle.

« Ton gardien doit être ton meilleur joueur dans toutes les situations, et Giguère a été notre meilleur joueur. »

Giguère a signé son deuxième jeu blanc en trois départs pour l’Avalanche.

« [Semyon Varlamov] et moi travaillons très fort avec un nouvel entraîneur des gardiens et Patrick, qui nous aide beaucoup, a mentionné Giguère. En tant que groupe, je pense qu’on se sent assez bien. C’est une nouvelle saison, il y a une nouvelle attitude dans l’air. C’est beaucoup plus positif.

« J’aurais cru qu’on serait au-dessus de la barre de ,500, mais peut-être pas avec une fiche de 8-1. »

Landeskog a été puni pour avoir accroché à 3:18 de la deuxième période. Les Penguins n’ont pas réussi à toucher la cible sur leur cinquième avantage numérique de la rencontre, et Ryan Wilson a rejoint Landeskog en zone neutre quelques secondes après qu’il eut quitté le banc des pénalités. Landeskog a foncé vers le filet et effectué un tir des poignets qui a déjoué Marc-André Fleury sous sa mitaine.

Le Colorado est ainsi demeuré invaincu en cinq rencontres sur la route, alors que les Penguins ont encaissé un premier revers en six matchs disputés à Pittsburgh.

Les Penguins ont forcé l’Avalanche à écoper de quatre pénalités au premier tiers, et sept au total, mais le jeu de puissance de Pittsburgh, qui avait profité de 28 pour cent de ses chances avant lundi, n’a rien fait qui vaille malgré ses 13 tirs.

Le désavantage numérique du Colorado, classé quatrième dans la LNH (avec un pourcentage d’efficacité de 87,5 pour cent avant lundi) a limité les opportunités des Penguins.

« Je crois que les unités spéciales ont principalement été l’histoire du match », a indiqué l’entraîneur de Pittsburgh, Dan Bylsma. « Terminer la rencontre 0-en-7 sur le jeu de puissance, on a bénéficié de plusieurs chances, et plusieurs très bonnes. Je pense qu’il y en a trois ou quatre que les gars aimeraient ravoir. »

Après avoir été parfait en sept infériorités numériques à Pittsburgh, l’Avalanche s’est hissé au deuxième rang de la LNH à ce chapitre avec un pourcentage d’efficacité de 90,3 pour cent.

Pittsburgh a amorcé la rencontre avec une moyenne de buts marqués de 3,75 par match, deuxième de la ligue derrière les Sharks de San Jose.

Sidney Crosby a à lui seul dominé l’Avalanche au chapitre des tirs au but en première période avec cinq. Le capitaine des Penguins a terminé le match avec sept lancers – un sommet cette saison – mais a été blanchi de la feuille de pointage pour la première fois depuis le début de la campagne. Nathan MacKinnon, la recrue de l’Avalanche aussi originaire de Cole Harbour en Nouvelle-Écosse, a lui aussi été blanchi, concluant la rencontre avec deux tirs.

HAUT DE PAGE