Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

30 en 15 : Les Canucks s’habituent au règne de Tortorella

samedi 2013-09-28 / 7:00
Mike Battaglino  - Journaliste LNH.com

LNH.com poursuit son aperçu de la saison 2013-14, qui comprendra une étude en profondeur des 30 équipes pendant tout le mois de septembre.

John Tortorella a tenté d’insuffler une nouvelle vie aux Canucks de Vancouver en les laissant à bout de souffle.

Les joueurs ont survécu à l’épuisant ‘Camp Tortorella’, qui a été aussi exigeant physiquement que ce qu’ils en avaient entendu parler. Et ils se sont dit : et puis.

« À la fin de la saison, personne ne va se souvenir du nombre de développés couchés qu’on a faits », a déclaré Daniel Sedin.

Le rendement des Canucks sera ultimement mesuré par leurs performances dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley, eux qui n’ont remporté qu’une seule victoire en neuf matchs printaniers au cours des deux dernières années.

À ceux qui prétendent que ce ne sera pas différent, cette année, Ryan Kesler, répond, eh bien…

« Pour être honnête, je n’écoute pas ce genre de commentaires », a déclaré l’attaquant au quotidien Vancouver Province, en accompagnant sa réponse d’un juron. « Ce genre de commentaires vaut ce que ça vaut. On croit en nous, ces commentaires négatifs ne nous atteignent pas… Pour être honnête, je n’aurais pas dû répondre à cette question. »

Il semble que Kesler ne veut résolument pas se laisser distraire par un journaliste trop curieux, comme le souhaite Tortorella. Le nouvel entraîneur en chef des Canucks veut que son équipe soit plus difficile à affronter, qu’elle pratique un meilleur échec avant, que les joueurs prennent possession de la rondelle le long des rampes, et oui, qu’ils bloquent des tirs.

« Bloquer des tirs développe une culture, a dit Tortorella. Quand on voit un Sedin bloquer un tir, les joueurs sur le banc grandissent de 10 pieds. Tous ces petits détails nous aident à nous développer en tant qu’équipe, en tant que groupe. »

Voici à quoi ressemblera ce groupe en 2013-14:

ATTAQUANTS

Tortorella a indiqué qu’il en demandera un peu plus à tous ses joueurs, en commençant avec le capitaine Henrik Sedin et son jumeau Daniel. Sous le règne d’Alain Vigneault, les Suédois devaient déployer avant tout leur talent offensif. Dorénavant, ils devront écouler les pénalités.

« On a toujours voulu écouler les pénalités et faire ce genre de choses, a admis Daniel. Il sera donc intéressant de voir ce qui va arriver, mais nous sommes ouverts à tout. On veut aider cette équipe à gagner et peu importe ce qu’il veut que l’on fasse, on le fera. »

Ce que veut Daniel, c’est de marquer des buts; sa moyenne de buts marqués par match a chuté de 0,50 à 0,42 à 0,26 au cours des trois dernières saisons.

« Les deux dernières saisons ont été décevantes à ce chapitre », a dit Daniel au quotidien Vancouver Sun. « Je dois marquer plus de buts. Sur notre trio, c’est moi le marqueur, je dois produire davantage. »

Zack Kassian aura un autre essai sur le trio des deux Suédois, lui qui avait commencé la dernière saison à ce poste. Mais le gros ailier ratera les cinq premiers matchs de la saison après avoir été suspendu pour avoir asséné un coup de bâton à Sam Gagner, des Oilers d’Edmonton, dans un match préparatoire.

« Je veux lui donner toutes les choses de jouer un rôle important au sein de cette équipe », a dit Tortorella.

Les succès du deuxième trio dépendront de la santé de Kesler et de David Booth, qui devraient jouer en compagnie d’Alexandre Burrows. Booth a été laissé de côté après avoir ressenti une douleur à l’aine lors de la séance de patinage matinale avant son premier match préparatoire.

Kesler, tout comme Daniel Sedin, a inscrit 41 buts en 2010-11.

« Je suis confiant que je peux répéter et même faire encore mieux, a dit Kesler. Je pense que chaque joueur entreprend une saison en se disant que ce sera la saison de sa carrière. Mais parfois, on est victime de blessures et on ne peut jouer à son maximum. Je ne cherche pas d’excuses, mais je pense que cette saison sera la meilleure saison de ma carrière… »

Les événements survenus au camp ont modifié ce groupe, du moins pour le début de la campagne. Avec Kassian et Dale Weise (trois matchs) suspendus, et Booth, Jordan Schroeder et l’espoir Nicklas Jensen tous blessés, les jeunes Brendan Gaunce, Bo Horvat et Hunter Shinkaruk ont obtenu la chance que le directeur général, Mike Gillis, avait dit qu’ils auraient.

« Nous voulons offrir aux jeunes l’opportunité de décrocher un poste », avait dit Gillis avant que cinq de ses attaquants soient mis au rancart. « Nous sommes déterminés à donner la chance à nos jeunes de lutter pour un poste. »

Les vétérans Benn Ferriero, Jannik Hansen, Chris Higgins, Brad Richardson, Tom Sestito et Mike Santorelli luttent pour les six autres postes à l’attaque.

Peu importe qui seront les six derniers attaquants, ils pourraient ne pas être utilisés souvent. Du temps qu’il était entraîneur des Rangers de New York, Tortorella ‘réduisait’ souvent son banc et il n’utilisait que ses meilleurs joueurs. Même s’il sait que les exigences de voyage sont plus exigeantes dans l’Association de l’Ouest, ne vous attendez pas à ce que Tortorella change ses manières de faire.

« Je crois qu’il y a d’autres façons pour récupérer que de diminuer le temps d’utilisation dans un match », a déclaré Tortorella.

DÉFENSEURS

Il n’y a pas autant de postes libres à la ligne bleue qu’il y en a à l’avant. Kevin Bieksa, Alexander Edler, Jason Garrison, Dan Hamhuis et Christopher Tanev sont assurés de leur poste, ce qui laisse une place disponible dans la formation régulière.

Pendant que l’attaque glissait du cinquième au 19e rang de la ligue la saison dernière, la défense chutait seulement de la quatrième à la 10e place.

« Nous ne sommes pas trop contents de nos deux dernières saisons, a admis Hamhuis. On est tous motivés d’entreprendre la prochaine saison et de faire mieux... Je pense que nous commençons une nouvelle période. »

Garrison, en particulier, pourrait tracer cette nouvelle voie, lui qui a signé un contrat à titre de joueur autonome avant la dernière saison (six ans d’une valeur de 27,6 millions $). Il a connu un lent départ, a perdu son poste au sein de la première paire de défenseurs et au sein de l’avantage numérique. Une blessure à l’aine pourrait expliquer en partie ses difficultés, mais il a été muté à droite, ce qui l’a aidé à terminer la saison en force avec huit buts et huit assistances en plus de conclure avec un différentiel de plus-18.

« Je n’ai plus de problèmes récurrents, a dit Garrison en parlant de sa blessure à l’aine. Je suis en santé, j’ai vraiment hâte de commencer la saison. »

Bieksa a indiqué qu’il y avait parfois un manque de communication sous le règne de Vigneault. Il ne s’attend pas à ce que cela se produise sous les ordres de Tortorella, que ce soit pour le bien ou pour le mal.

« On ne peut se renfermer sur nous-mêmes et être déçus car ça pourrait affecter négativement notre jeu, a déclaré Hamhuis. On doit comprendre qu’il veut notre bien, et je ne pense pas qu’il veut nous rabaisser en tant qu’individus, mais au contraire, il veut que l’on s’améliore. »

Le jeune Frankie Corrado a disputé plus de matchs dans les séries éliminatoires que de rencontres en saison régulière (4-3) et il luttera avec Yannick Weber pour un poste régulier.

GARDIENS

Après tout ce qu’a vécu Roberto Luongo au cours des deux dernières saisons, le gardien québécois doit maintenant s’adapter au système défensif par lequel jure Tortorella et qui consiste à demander aux joueurs de bloquer les tirs.

« S’ils tentent de bloquer les tirs, ils sont mieux de réussir, car s’ils ne le font, je ne verrai pas la rondelle », a dit Luongo au Province après avoir accordé quatre buts en deux périodes lors de son premier match préparatoire. « À une couple de reprises, les gars ont tenté de bloquer les tirs, mais ils n’étaient certains s’ils devaient le faire ou non. Le résultat a été qu’ils n’ont pas stoppé la rondelle.

« Ça va avec le territoire, c’est un processus d’apprentissage. Avant, on tentait de conserver les adversaires à l’extérieur de la boîte devant le filet. Si jamais mon coéquipier était devant, je devais m’assurer qu’on ne se double pas… Il y a des fois que ça fonctionnait, d’autres fois que ça ne fonctionnait pas.

« Mais si les gars sont bons à bloquer les tirs, ça diminuera grandement les chances de marquer aussi. Si c’est pour nous rendre meilleurs, je suis d’accord. »

La saison dernière, Luongo était le substitut de Cory Schneider, lui qui totalise 727 matchs dans la LNH. Cette année, son substitut, que ce soit Eddie Lack ou Joacim Eriksson, ne compte aucun match d’expérience dans la ligue.

HAUT DE PAGE