30 en 30 : Les Hurricanes rêvent de rebondir

vendredi 2013-08-23 / 3:00
Adam Kimelman  - Directeur adjoint de la rédaction à NHL.com

Les Hurricanes de la Caroline ont connu comme deux saisons différentes en 2012-13.

Ils ont commencé en force et occupaient le premier rang de la division Sud-Est le 3 mars quand ils ont affronté les Panthers de la Floride. Ils menaient 3-0 vers le milieu de la deuxième période quand leur gardien Cam Ward a dû quitter le match pour ce qui s'est avéré être une grave blessure au genou gauche. Il n'a pas eu besoin d'opération mais avec une période de réhabilitation de six à huit semaines, sa saison était fichue.

D'une certaine façon ce fut aussi la fin de la saison des Hurricanes. Ils ont bien tenu le coup et remporter ce match 3-2, mais n'ont plus ajouté que sept victoires à leur fiche (7-17-3) pour glisser au 13e rang de l'Association de l’Est, à 15 points des Capitals de Washington dans leur division.

« Si vous regardez notre saison, ce fut presque comme Jekyll et Hyde », a déclaré l'entraîneur Kirk Muller à LNH.com. « Cela a beaucoup à voir avec la blessure à Cam. Jusque-là, nous étions en tête de notre division. Toutes les statistiques nous avantageaient. Nous donnions moins de buts que la saison précédente et je pense que nous étions 8-2 avant que Cam ne se blesse. Tout allait bien, nous étions sur une lancée. Malheureusement, il y a eu cette blessure. Nous avons pu jouer pour ,500 pendant quelques matchs puis nous nous sommes mis à accorder trop de buts et cela a affecté nos résultats en deuxième moitié de saison. »

Ward n'a pas été le seul joueur au rancart en raison de blessure. Son auxiliaire Dan Ellis et les défenseurs Joni Pitkanen et Justin Faulk sont aussi tombés au combat vers la fin de la saison, ce qui a contribué à la chute.

Heureusement tous ces joueurs de même que le capitaine Eric Staal, blessé à un genou au Championnat du monde, devraient être de retour en pleine forme pour le début de la prochaine saison. Ajoutez à cela quelques acquisitions durant la saison morte et Muller se montre confiant que son équipe puisse reprendre où elle a laissé au début de mars.

Son optimisme s'explique en partie par les changements survenus à la ligne bleue grâce à l'acquisition d'Andrej Sekera, via un échange avec les Sabres de Buffalo, et du joueur autonome Mike Komisarek, qui a accepté un contrat d'un an après que les Maple Leafs de Toronto eurent racheté son contrat.

« Ce sont des vétérans, a relevé Muller. Nous croyons que Mike peut rebondir et Sekera peut jouer pendant plusieurs minutes. Vous utilisez ces deux gars-là avec Pitkanen en espérant qu'il soit à 100 pour cent. On a aussi Faulk et (Tim) Gleason, c'est un groupe très décent. Puis avec un jeune comme (Ryan) Murphy qui poussent pour se faire un poste, cela nous donne une nouvelle dimension à l'arrière. Nous croyons qu'avec ces gars-là, nous allons être un peu plus solides dans notre territoire et accorder moins de buts. »

Komisarek est un gros point d'interrogation dans cette équation. Il n'a jamais répondu aux attentes après avoir signé un riche contrat de cinq ans à Toronto en 2009 et il a même été offert au ballottage avant d'être envoyé dans la Ligue américaine de hockey (LAH) après seulement quatre matchs avec les Maple Leafs la saison dernière.

Muller a des liens avec Komisarek, qui datent de l'époque où il était adjoint à l'entraîneur à Montréal pendant que Komisarek s'établissait comme un des meilleurs jeunes défenseurs à caractère défensif.

« Nous voulions amener des joueurs de caractère et Mike en est tout un, l'a vanté Muller. Quant à ce qui s'est passé à Toronto, je ne pense pas qu'il va se trouver personne pour dire qu'il s'est mal comporté ou qu'il était un mauvais joueur d'équipe ou quoi que ce soit du genre. Quand j'étais à Montréal, il était très proche de ressembler à un futur capitaine. Il avait beaucoup de leadership.

« Je crois qu'il a été victime de la pression. Il a joué dans deux marchés majeurs, Montréal et Toronto, et le fait de signer un gros contrat et partir du mauvais pied dans ce genre de marché, la pression s'est fait sentir. Et ce ne sont pas des marchés ou vous pouvez vous permettre de faire mauvaise impression en partant. C'est difficile de se sortir du trou. Il n'a pas trouvé sa zone de confort et c'était difficile pour lui de s'en sortir. C'est un marché différent ici, un peu plus relax et il n'a pas à se présenter avec de grandes attentes. Tout ce qu'il doit faire est de venir ici et être lui-même, jouer du bon hockey de base et se sentir comme faisant partie du groupe. »

Komisarek pourrait aider à améliorer la fiche des Hurricanes en désavantage numérique, où ils se sont classés 28e sur 30 la saison dernière et dans le dernier tiers de la ligue depuis 2009-10.

Muller compte d'ailleurs se concentrer beaucoup sur les unités spéciales la saison prochaine.

« Je dirais que les deux choses les plus importantes pour nous sont, no 1, les unités spéciales, et no 2, les buts contre », a-t-il confié.

Le jeu de puissance des Hurricanes s'est classé au 27e rang la saison dernière et l'aide pourrait encore venir de la ligne bleue en la personne de Murphy, le 11e choix du repêchage de 2011, qui s'est avéré une forcer offensive à ses quatre saisons juniors à Kitchener. Il a eu droit à un rappel d'urgence en Caroline la saison dernière. Il ne s'est pas inscrit au pointage mais a été utilisé en moyenne plus de 21 minutes par rencontre.

« J'ai été vraiment satisfait de son jeu, a déclaré Muller. Il n'a pas du tout paru intimidé. Il lui est arrivé de se joindre à l'attaque et de jouer à sa façon, mais nous l'avons rappelé quand il nous manquait trois réguliers, de sorte qu'il n'a jamais eu l'occasion d'être couplé avec le bon vétéran à caractère défensif. Nous n'avons donc pas été en mesure de bien l'évaluer mais il devenait plus confortable à chaque match. Il a montré qu'il est capable de faire des jeux qui vont lui permettre de rester dans la LNH. Il lui faut maintenant être constant. »

S'il y a une chose dans son équipe qui n'inquiète pas Muller, c'est la production offensive. Le trio d'Eric Staal, Alexander Semin et Jiri Tlusty a été un des meilleurs de la ligue en 2012-13 avec un total de 54 buts. Muller a confié qu'ils lui rappellent un trio qu'il a fréquenté pendant ses années de joueur.

« Ils ressemblent beaucoup au trio de (Mike) Modano, (Brett) Hull et Jere Lehtinen du temps que j'étais à Dallas, a-t-il dit. Tlusty est le Jere Lehtinen, le gars fiable qui fait tout le travail dans les coins. Et il a prouvé qu'il pouvait en même temps marquer des buts et faire des jeux. Stall est une bête de somme et crée des ouvertures avec sa force et son physique. Puis vous avez Semin, dont le talent de fabricant de jeux a été une grosse surprise pour moi. Je le voyais plus comme un marqueur. C'est peut-être lui qui a les meilleurs instincts au sein de notre équipe. C'est un joueur vraiment intelligent, qui adore faire des jeux et alimente ses deux coéquipiers avant d'en profiter à son tour. Ils se sont vraiment bien entendus. Vous avez un fort travailleur, un fabricant de jeux et un marqueur. Ils tirent fierté d'être un vrai trio numéro un. »

La clé sera de trouver les bons éléments pour les appuyer. Il y a des options avec Jordan Staal, Jeff Skinner, Tuomo Ruutu et Elias Lindholm, le premier choix des Hurricanes au dernier repêchage, aussi capables de marquer des buts.

« On prévoit que Jordan Staal sera beaucoup plus à l'aise cette saison, a déclaré Muller. Nos six premiers attaquants devraient être très solides. La grosse ouverture sera celle pour le rôle de troisième centre. Si Lindholm peut le prendre et jouer, disons, avec Skinner et un bon vétéran à gauche, cela constituera la force de notre équipe. Si nous pouvons renforcer notre troisième trio, cela nous aidera beaucoup. »

Pour ce qui est de trouver un complément pour Staal et Ruuttu dans le deuxième trio, Muller affirme que le camp d'entraînement (qui sera son premier depuis qu'il a été engagé en novembre 2011) servira à ça et que des postes seront disponibles.

« Je crois pour la première fois que nous pouvons donner à des joueurs de notre organisation une vraie chance de gagner ou perdre un poste, s'est réjoui l'entraîneur. Nous aurons des décisions à prendre. Il y a des postes ouverts cette année. »

Suivez Adam Kimelman sur Twitter: @NHLAdamK