David Perron excité à propos de l’alignement et du style des Oilers

jeudi 2013-07-11 / 14:53
Louie Korac  - Correspondant LNH.com

Lorsque le choc initial d’avoir été échangé s’est estompé, David Perron, le nouvel ailier gauche des Oilers d’Edmonton, n’a pu s’empêcher de parler en bien de ses habiles coéquipiers qui selon le joueur natif de Sherbrooke, Québec, lui permettront d’effectuer la transition en douceur.

Perron a initialement entendu parler des rumeurs voulant que son nom soit sur le marché des échanges lors du repêchage 2013 de la LNH et espérait qu’aucune d’entre elles ne se concrétiserait.

Mais le séjour de six saisons de Perron avec les Blues de St. Louis a pris fin mercredi avec la transaction l’ayant fait passer aux Oilers en retour de Magnus Paajarvi et d’un choix de deuxième ronde en 2014.

Perron, 25 ans, faisait partie d’un noyau assemblé par les Blues dans l’année suivant le lockout de 2004-05, un noyau qui était censé conduire la concession des bas-fonds de la LNH jusqu’à sa première Coupe Stanley, avec une progression graduelle. Mais il n’aura pas cette opportunité et il se retrouvera avec une organisation qui semble être mieux adaptée à son style que ne l’était celle des Blues.

Perron, le 26e choix du repêchage 2007 de la LNH a quitté les Blues avec 198 points amassés en carrière, en 340 parties. Il a appris la nouvelle du directeur général des Blues, Doug Armstrong, qu’il était échangé. C'est alors seulement que la réalité l’a frappé et qu’il a réalisé qu'il n'était plus un membre des Blues.

Mais l’idée d’évoluer avec des joueurs comme Sam Gagner, Taylor Hall, Jordan Eberle, Ryan Nugent-Hopkins, Nail Yakupov et le reste des joueurs des Oilers donne à Perron un sentiment d'optimisme pour l'avenir.

« C'est difficile de quitter une situation agréable comme j'ai eu à St. Louis », a déclaré Perron via un appel téléphonique avec LNH.com, mercredi soir. « J'ai grandi avec les mêmes gars pendant cinq ou six ans. L'équipe va dans la bonne direction. C'est toujours difficile, mais dès que j'ai entendu que la destination serait les Oilers d'Edmonton, j'ai tout de suite su que ce serait un bon match pour moi et un endroit où je pourrais vraiment entreprendre la prochaine étape de ma carrière comme un joueur offensif. Lorsque vous regardez leurs six premiers attaquants, c'est assez incroyable. Ils sont de jeunes joueurs, mais c’est pratiquement comme s'ils étaient déjà des super-vedettes dans la Ligue.

« Ça va être sympa de s’y présenter et d’essayer de faire ce que je peux pour les aider, et j'espère que nous pourrons tous commencer un nouveau processus pour évoluer ensemble ».

David Backes, T.J. Oshie, Patrik Berglund, Alex Pietrangelo, et Perron, pour n’en nommer que quelques-uns, sont les joueurs des Blues qui faisaient partie de cette nouvelle génération de joueurs promise à un bel avenir. Les Blues ont fait quelques pas dans l’atteinte de leurs buts, mais ont été éliminés des séries éliminatoires au cours des deux dernières années par les Kings de Los Angeles, au terme de saisons régulières couronnées de succès.

« C’est toujours difficile, a dit Perron. Les partisans méritent définitivement le meilleur à St. Louis. Ils ont très bien supporté l’équipe, ils sont si respectueux des joueurs tant sur la glace qu’en dehors de la patinoire. Je pense que tout ça part d’une organisation de première classe, de haut jusqu’en bas. Qu’on parle de Larry Pleau (l’ancien directeur général) qui m’a repêché avec Jarmo (Kekalainen) et JD (John Davidson) et maintenant avec l’équipe d’Armstrong, tous ont été d’un grand soutien et cela se transmet aux médias et aux partisans.

« C’est difficile de recevoir l’appel. Je sais qu’il (Armstrong) m’aimait beaucoup comme personne. Je pouvais le sentir. Vous arrivez à le sentir lorsque quelqu’un vous aime beaucoup. Il est ce type de personne. Il est très passionné à propos de son équipe. Je suis persuadé que c’était une transaction difficile pour lui. Je souhaite du succès aux Blues. C’est le côté affaires des choses. J’ai adoré mes six années à St. Louis. C’était incroyable. J’espère que je passerai les six prochaines et bien d’autres avec les Oilers. »

La deuxième saison de Perron à St. Louis a été sa meilleure au niveau des points avec 50, en 2008-09 et il a établi un sommet en carrière au chapitre des buts avec 21 en 2011-12, lors de la première campagne de Ken Hitchcock en tant qu’entraîneur. Mais sa carrière a été interrompue par une commotion cérébrale tôt en 2010, commotion qui a forcé Perron à rater les 72 dernières rencontres de la saison ainsi que les 25 premières en 2011. Il est revenu et a amassé 42 points en 57 rencontres, mais sa production a chuté à 10 buts et 25 points en 48 parties lors de la dernière campagne.

Des questions subsistaient à savoir s’il était tombé en disgrâce avec Hitchcock et qu’il ne pouvait maintenir le niveau de jeu nécessaire pour réussir avec l'entraîneur.

« Je ne crois pas qu'il y avait un problème là, a déclaré Armstrong. Sa première année à son retour d'une commotion cérébrale, il a très bien fait sous le système de Ken. L'année dernière, il n’a pas produit offensivement comme il le faisait auparavant. Cela semblait être une chose universelle avec notre groupe à certains moments de l'année dernière.

« Je pense que David est un joueur dynamique et il a un incroyable niveau d’habiletés et il faut parfois un certain temps pour s’y habituer. Pas nécessairement pour un entraîneur, mais pour ses coéquipiers qui doivent s’habituer à ses nuances. Je pense que de David va s'intégrer dans n'importe quel système. C'est un vrai professionnel et il veut être un bon joueur. »

Perron transportera ses compétences chez les Oilers, qui comportent plusieurs jeunes joueurs qui pratiquent un style plus ouvert qui excite le nouveau membre de la formation.

« Je pense que les Blues ont essayé de jouer comme les Kings, a dit Perron. Je crois que les Oilers d’Edmonton tentent de jouer comme les Blackhawks de Chicago et les Red Wings de Detroit. Ce sont deux manières de jouer gagnantes. C’est un peu comme deux styles de jeu différents.

« Je pense que le style de jeu des Oilers me va un peu mieux. C’est pourquoi j’ai vraiment hâte de me retrouver dans cette situation. J’ai tout donné à St. Louis. J’espérais davantage de succès en séries l’an dernier comme l’année précédente, mais cela n’a pas fonctionné. »

Perron n'oubliera pas de sitôt les partisans de St. Louis et parle déjà de

son retour.

« Ils m’ont vraiment beaucoup touché, a dit Perron. C’est la raison principale qui m’a incité à rejoindre Twitter (@DP_57), pour que les gens qui apprécient mon style de jeu, ma personnalité et tout le reste, se sentent connectés à moi et cela me permet de connecter avec eux. C’est toujours amusant.

« J’espère simplement que lorsque je retournerai à St. Louis, même s’ils voudront voir les Blues l’emporter, j’espère qu’ils auront tout de même un peu de support envers moi dans leur cœur. J’aurai toujours une place spéciale pour St. Louis dans le mien. C’est une cité qui m’a donné la chance de jouer dans cette ligue et m’a beaucoup fait grandir en tant que personne et maintenant en tant que jeune adulte. Je sens que je suis prêt à entreprendre une étape suivante dans ma carrière. Je ne peux que les remercier pour tout ce qu’ils ont fait. »

HAUT DE PAGE