Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Bergeron hospitalisé en raison d’un poumon perforé

mercredi 2013-06-26 / 16:22
Matt Kalman  - Correspondant LNH.com

BOSTON - Patrice Bergeron a joué 17:45 dans la défaite de 3-2 des Bruins de Boston contre les Blackhawks de Chicago dans le match no 6 de la finale de la coupe Stanley, lundi. Après un tel effort dans le dernier match de la saison, Bergeron méritait une longue nuit de repos à la maison, mais justement, il ne s’est pas rendu chez-lui.

Les Bruins ont révélé mercredi que Bergeron a pris le chemin d’un hôpital local après la rencontre et que les médecins ont découvert qu’il souffrait d’un poumon perforé. Pendant que ses coéquipiers rencontraient l’entraîneur en chef, Claude Julien, et le directeur général, Peter Chiarelli, Bergeron est demeuré hospitalisé.

Tout en expliquant les blessures de son joueur, Chiarelli a fait savoir que Bergeron était « bien ».

Bergeron avait révélé après le match no 6 qu’il souffrait d’une côte fracturée, d’un cartilage costal déchiré et d’une séparation à l’épaule. Chiarelli a indiqué que l’expérimenté joueur de centre avait de plus un petit trou dans un poumon.

« Il est allé à l’hôpital pour observation et c’est là que les médecins ont découvert sa perforation au poumon », a dit Chiarelli.

Afin qu’il puisse jouer, on avait gelé la région entourant sa côte fracturée.

« J’ignore quand c’est arrivé, a indiqué Chiarelli. Il est un vrai guerrier. Je ne trouve pas les mots pour décrire la performance qu’il a offerte tout en souffrant de telles blessures. »

Bergeron a subi sa blessure aux côtes dans le cinquième match à Chicago, samedi. Il a été transporté à l’hôpital pour observation, mais il a obtenu son congé le soir même et il est retourné à Boston avec ses coéquipiers, le lendemain. Pour ce qui est de sa blessure à l’épaule, elle est survenue dans la première période du match no 6.

Le Québécois, âgé de 27 ans, a servi de grande inspiration à tous ses coéquipiers.

« Le fait qu’il ait été capable de jouer pendant tout le match, c’est incroyable. Il est un guerrier, a déclaré son compagnon de trio, Brad Marchand. À chaque fois que je revenais au banc, j’étais nerveux pour lui. Et quand je le regardais, je pouvais voir toute la douleur et l’agonie qui l’affligeaient. C’était incroyable de le voir jouer. On a encore plus de respect pour lui. »

HAUT DE PAGE