Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Stan Bowman est en train de rapprocher les Blackhawks d’une autre conquête de la Coupe Stanley

dimanche 2013-06-23 / 22:41
Dan Rosen  - Journaliste Principal NHL.com

BOSTON – Les fans des Blackhawks de Chicago partout à travers le continent ont assisté avec horreur au démantèlement de leur équipe championne à l’été 2010 en raison du plafond salarial.

Le directeur général des Blackhawks, Stan Bowman, était cependant celui qui se frottait les mains dans un coin, riant de façon machiavélique, excité et stimulé par le défi de replacer les pièces du casse-tête avec de nouveaux visages.

« Il y a quelque chose par rapport au changement que je trouve en fait bénéfique, a dit Bownam à NHL.com dimanche. Si tu ramènes la exacte même équipe année après année, c’est vraiment difficile de passer à travers toutes les difficultés d’un calendrier et d’une saison. Si tu as quelques gars qui n’ont jamais gagné [la Coupe Stanley] et qui veulent s’y rendre, je crois que ça amène de l’énergie à ton groupe. Ça ne me dérange pas de devoir faire des changements. »

Bowman a gardé le noyau intact après avoir remporté la Coupe Stanley, mais ça signifiait qu’éventuellement il n’y aurait plus de place pour plus de la moitié des joueurs ayant participé au match no 6 contre les Flyers de Philadelphie. Il s’agissait de joueurs de soutien – qui ont joué un rôle très important en 2010 – et Chicago n’avait pas les moyens de les garder.

Un peu plus de 36 mois après que la démolition de l’équipe championne eut débuté, les Blackhawks sont de retour dans la même position dans laquelle ils se trouvaient en 2010, à 60 minutes ou plus de devenir la première équipe de l’ère du cap salarial à soulever le précieux trophée deux fois. Ils auront l’occasion de le faire dès lundi au TD Garden (20 h 00 HE; RDS, CBC, NBC), lors du match no 6 de la grande finale.

Chicago s’est effectivement rendu à nouveau en finale de la Coupe parce que le noyau formé par Patrick Kane, Patrick Sharp, Jonathan Toews, Duncan Keith et Brent Seabrook est toujours là, mais aussi parce que Bowman et son équipe ont compensé pour la perte de profondeur en repêchant, développant, signant ou échangeant des joueurs comparables avec des salaires plus favorables.

« C’est évidemment une méthode qui avait déjà fonctionné pour nous dans le passé », a déclaré Bowman.

La comparaison la plus notable se retrouve devant le filet entre Antti Niemi et Corey Crawford.

Chicago a laissé Niemi aller aux Sharks de San Jose, préférant plutôt égaler l’offre soumise par les Sharks au défenseur Niklas Hjalmarsson il y a trois ans.

Pourquoi? Parce que Crawford était prêt pour une promotion.

« On avait l’option de laisser aller Niklas et on obtenait des choix de repêchage en retour, mais ces choix n’auraient pas pu être utilisés avant 2011 et ces joueurs n’auraient pas vraiment pu nous aider avant au moins quelques années encore, a mentionné Bowman. On n’avait personne d’autre comme Niklas, un défenseur de 24 ans à l’époque qui pouvait jouer toutes ces minutes. Et personne n’était non plus disponible pour remplir son rôle sans qu’on ait à renoncer à d’autres joueurs importants au sein de notre équipe. Mais on avait Corey... tout ce dont Corey avait besoin, c’était d’une opportunité. Et voici où on en est, quelques années plus tard. »

Dustin Byfuglien, un attaquant de puissance qui était de l’édition championne de 2010, a été échangé aux Thrashers d’Atlanta après que les Hawks eurent soulevé le précieux trophée, mais Bowman savait déjà que Bryan Bickell (6 pieds 4, 233 livres) était prêt à jouer un plus grand rôle. Bickell, qui avait pris part à quatre matchs en séries 2010, l’a mérité ce rôle cette saison, et est devenu un des attaquants les plus importants de l’équipe en séries cette année.

Il pourrait être le prochain joueur que Bowman devra remplacer. Bickell pourrait quitter Chicago parce qu’il deviendra joueur autonome sans compensation cet été.

« Je ne peux pas dire qu’on s’est assis et qu’on a dit qu’on allait remplacer Byfuglien par Bickell, a déclaré Bowman. Ce n’était pas nécessairement joueur pour joueur, mais c’est vrai que l’analogie est assez juste. »

Même chose pour celle entre les défenseurs Brian Campbell et Johnny Oduya.

Campbell a été envoyé aux Panthers de la Floride lors du repêchage de 2011; huit mois plus tard, Bowman a fait l’acquisition d’Oduya dans une transaction avec les Jets de Winnipeg. Deux bons patineurs. Deux bons manieurs de rondelle. Deux vétérans. Problème résolu.

Andrew Ladd, Kris Versteeg, Troy Brouwer, John Madden, Tomas Kopecky et Ben Eager ont également dû quitter Chicago, faisant place à Brandon Saad, Marcus Kruger, Viktor Stalberg, Michal Handzus, Michael Frolik et Brandon Bollig.

Saad, un choix de deuxième tour en 2011, se développe plus rapidement que prévu. Handzus en surprend plus d’un à titre de joueur de centre de deuxième trio. Stalberg ajoute de la vitesse à la formation. Kruger et Frolik sont devenus le meilleur duo de Chicago en désavantage numérique et forment le quatrième trio avec Dave Bolland.

« Frolik a été sélectionné dans les 10 premiers [en 2006], il a marqué 20 buts lors de ses deux premières années dans la ligue, a dit Bowman. J’ai vu beaucoup de gars avec ce profil qui sont trop entêtés et trop contrariés quand on leur donne un rôle comme ça et il ne veulent pas s’y conformer, ils sont toujours frustrés quand ils n’obtiennent pas des chances. Mais quand tu regardes Michael (Frolik), tu ne vas jamais rencontrer un jeune plus positif que lui. Il est comme ça tout le temps et je crois que ça contribue à ses succès. Il a accepté ce rôle. C’est difficile de nos jours de trouver des joueurs qui ne sont pas égoïstes et qui veulent seulement gagner. »

Bolland est un de ces joueurs-là. Il était un joueur de centre robuste et farouche en 2010, mais est devenu le plus rapide des Hawks et une version plus jeune du très défensif Madden.

De son côté, Andrew Shaw, un choix de cinquième tour en 2011, est en train de prendre la place qu’avait Bolland sur l’édition 2010 de l’équipe.

Bowman rigole quand il entend dire que les Hawks ont été chanceux avec Shaw, qui avait été ignoré lors des repêchages de 2009 et 2010 avant que Chicago ne lui mette la main dessus au 139e rang en 2011.

« Shaw est vraiment un gars qu’on avait en quelque sorte ciblé, a déclaré Bowman. Je me souviens [du dépisteur amateur en chef] Mark Kelley qui me disait: ‘On va aller le chercher ce garçon.’ »

Mais même Kelley n’a pas vraiment voulu discuter de Shaw.

« Il m’avait dit: ‘Il y a une raison pour ça. C’est parce je crois qu’il est un diamant qui n’est pas encore poli et on ne voulait pas révéler notre jeu.’, a raconté Bowman. Il en était à sa dernière année d’éligibilité et si ça sortait, alors ça n’allait plus être un secret. »

Michal Rozsival n’était pas un secret, mais il est passé inaperçu quand Bowman lui a accordé un contrat en septembre, peu de temps avant le lock-out. Il rempli un rôle semblable à celui de Brent Sopel en 2010.

Nick Leddy donne aux Blackhawks quelque chose d’assez unique qu’ils avaient il y a trois ans; un jeune et prometteur défenseur en développement. Nick Boynton et Jordan Hendry n’avaient pas les habiletés de Leddy.

« En 2010, on avait des gars qui n’étaient probablement pas connus à l’époque mais qui se sont créé une notoriété cette année-là et en séries, et le même phénomène se reproduit cette année, a dit Kane. Pour nous, d’être dans cette situation encore une fois trois ans plus tard, surtout après le démantèlement de notre équipe de 2010, quand on a perdu 10 ou 11 gars, peu importe, et ç’a assez bien tourné. »

Même si Chicago gagne ce dernier match, il y aura des changements cet été. Ils sont inévitables, surtout parce que le plafond salarial chutera de près de six millions à 64,3 millions $.

Peut-être que Bickell trouvera une autre équipe prête à lui donner plus d’argent. Peut-être que le gardien auxiliaire Ray Emery (la version 2013 de Cristobal Huet en 2010) recevra une offre pour agir comme partant ailleurs. Peut-être que Handzus, Stalberg et Rozsival – tous de potentiels joueurs autonomes sans compensation – signeront avec d’autres équipes. Peut-être que Bowman procédera à une ou deux transactions.

« On va apporter des changements, mais dans l’ensemble, on sera en meilleure posture [qu’en 2010] », a déclaré Bowman.

Il a raison. Le changement ne sera pas aussi majeur qu’après la conquête de la Coupe en 2010, mais comme Bickell et Crawford il y a quelques années, les Blackhawks comptent déjà sur des joueurs de soutien qui attendent, prêts à obtenir une chance de faire partie de l’équipe.

Ils sont soutenus par un directeur général et une organisation prête à accepter les changements. Ils ont appris que ça n’empêche pas de former une potentielle dynastie.

« Que ce soit Jimmy Hayes, Brandon Pirri ou Jeremy Morin, ils vont être affamés, a dit Bowman. Ils veulent être les gars à faire le saut. Je crois que ça sera bien d’avoir toute cette excitation. »

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

HAUT DE PAGE