Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Toews a livré la marchandise après une discussion avec Seabrook

jeudi 2013-06-20 / 22:34
Dan Rosen  - Journaliste Principal NHL.com

CHICAGO – La plupart des joueurs ont besoin de quelqu’un pour les appuyer quand ils sont déprimés ou encore les ramener sur la bonne voie quand ils ont déraillé.

Pour Jonathan Toews, le capitaine des Blackhawks de Chicago, c’est son coéquipier défenseur Brent Seabrook qui en avait entendu suffisamment avant le quatrième match de la finale de la Coupe Stanley pour finalement décider d’intervenir et rappeler à Toews son importance et ce qu’il devait faire contre les Bruins.

« Pour être absolument honnête, j’en avais assez d’entendre tout le monde parler de tout ce que Johnny faisait de bien », a raconté Seabrook jeudi, moins de 24 heures après son but en prolongation qui a créé l’égalité 2-2 dans la série. « C’est un grand joueur, un des meilleurs de la ligue, et je lui ai simplement dit qu’il devait arrêter de penser lui aussi de cette façon. »

Le problème, tel que vu par Seabrook, c’est que ceux qui vantaient toutes ces petites choses que Toews fait si bien, surtout en finale, ne réalisaient pas à quel point ils étaient dans l’erreur.

Seabrook ne voulait pas que Toews tombe dans le panneau de croire que c’était correct qu’un des meilleurs joueurs de la LNH, auteur de 23 buts en 47 matchs de la saison régulière, passe 10 matchs sans marquer un seul but, sa plus longue léthargie en séries éliminatoires.

C’est pourquoi il s’est permis de faire ce que son capitaine lui-même ou l’entraîneur Joel Quenneville font lorsque nécessaire: il est allé parler à Captain Serious en personne et lui a donné l’heure juste, à savoir qu’il devait arrêter de se concentrer sur ces petites choses qu’il faisait bien et commencer à réfléchir à ce qu’il ne faisait pas du tout: marquer des buts.

« C’est simple, il doit marquer des buts pour nous, a résumé Seabrook. C’est un gros morceau de notre équipe. Quand il va bien, nous avons une chance de gagner.

« Il n’était pas question de ces petites choses qu’il fait si bien. Ce n’était pas au sujet de son leadership. J’ai juste pensé qu’il devait peut-être commencer à songer à marquer des buts. »

Toews a reçu le message. Et livré la marchandise.

Il a foncé au filet lors du dernier match et fait dévier un tir de Michal Rozsival pour son deuxième but des séries.

« Vous travaillez fort et tentez de bien faire toutes les petites choses, mais à un certain point ce n’est pas assez, a convenu Toews. On vous voit comme un joueur offensif, un élément clé dans votre équipe, et il faut trouver une façon de contribuer. [Seabrook] ne voulait pas s’acharner sur moi. Il voulait juste me motiver un peu. »

Toews a raconté que la conversation a eu lieu à l’hôtel à Boston et que Seabrook n’a pas été amer ou agressif à son endroit, mais très direct par contre.

« Il m’a simplement demandé ce que j’en pensais, a confié Toews. J’ai répondu dans le genre: rien et toi qu’en penses-tu? Il m’a regardé dans les yeux et j’ai réalisé ce qu’il voulait que je réponde. J’ai compris et j’ai dit: marquer des buts. Ça s’est terminé là. »

Ce n’était pas la première fois dans ces séries que Seabrook faisait quelque chose de semblable pour Toews.

Qu’on se rappelle le quatrième match contre les Red Wings de Detroit quand les Blackhawks semblaient vouloir s’effondrer et que le fougueux capitaine menait la destruction en écopant de trois punitions en moins de six minutes sans avoir jamais eu le temps de retourner à son banc.

Juste après sa dernière pénalité pour bâton élevé, Seabrook s’est dirigé au banc des punitions, a ouvert la porte et dit quelques mots à l’oreille de Toews avant de lui donner trois petits coups d’encouragement sur son casque protecteur. Il lui a dit de remettre ses esprits dans le match, qu’il devait commencer à jouer et réagir comme Jonathan Toews.

« J’ignore si c’est relié à notre relation et notre amitié développées au fil des années, au fait que c’était mon compagnon de chambre à l’hôtel à ma première année à Chicago, mais il a toujours semblé vouloir prendre soin de moi », a confié Toews.

Le capitaine a fini par se calmer, il a évité le banc des punitions pour le reste de la rencontre et il a marqué son premier but des séries lors du match suivant quand les Blackhawks ont entrepris leur remontée pour effacer un déficit de 3-1.

Seabrook a beau en avoir ras-le-bol d’entendre parler, Toews a offert des performances constantes et s’est avéré un joueur fiable en séries. Il ne s’est pas laissé déconcentrer par sa disette de buts, il a continué de jouer de façon énergique et de provoquer des chances à partir de son fort jeu en défense.

« On remarque surtout qu’il ne marque pas souvent, mais je pense toujours que tous les autres aspects de son jeu apportent énormément à notre équipe, estime Quenneville. C’est sûr que comme marqueur, vous aimez marquer des buts. Il y a bien eu une période à Detroit où, peut-être frustré et déprimé, il n’est pas revenu au banc, mais je crois toujours que son approche et sa préparation pour les matchs n’ont pas changé.

« Il sait que la victoire est tout ce qui compte. C’est sur ce quoi il se concentre et c’est ce qui le motive. »

Mais comme tout le monde, Toews a parfois besoin d’être encouragé ou remis à l’ordre.

Et le mec qu’il lui faut, c’est Seabrook.

« Comme tout le monde, voire plus que quiconque, il veut gagner, a noté Toews. Il a fait ce qu’il devait faire »

Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

HAUT DE PAGE