Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Montréal et Toronto accueilleront le Championnat mondial de hockey junior

jeudi 2013-06-20 / 5:39
Arpon Basu  - Directeur de la rédaction LNH.com

MONTREAL – Deux des plus grands rivaux de la LNH feront équipe pour accueillir les meilleurs joueurs d’âge junior au monde quand Montréal et Toronto présenteront conjointement les éditions 2015 et 2017 du Championnat mondial de hockey junior.

Le Canadien et les Maple Leafs participeront à l’organisation des deux tournois, de pair avec Hockey Canada, Hockey Québec et la Fédération ontarienne de hockey.

« Ce sont deux des plus gros marchés de hockey dans le monde et les attentes seront élevées », a déclaré le propriétaire du Canadien Geoff Molson, jeudi. « Et nous allons répondre à ces attentes. »

Alors que Molson a indiqué que le Canadien et les Maple Leafs étaient « de bons amis » en dehors de la patinoire, le nouveau président de Maple Leaf Sports and Entertainment Tim Leiweke a dit que c’était une bonne chose que ce partenariat entre les deux équipes surviennent aussi tôt dans son mandat à Toronto.

« Je peux concevoir que les villes de Montréal et Toronto coopèrent, mais c’est vraiment unique que le Canadien et les Maple Leafs se réunissent pour ça, a mentionné Leiweke. Le sang [des Maple Leafs] ne me coule probablement pas encore autant dans les veines que dans un avenir rapproché, donc c’est bien qu’on en finisse avec ça rapidement avant que mon sang devienne bleu au lieu de rouge. »

Hockey Canada a procédé à l’annonce officielle lors de conférences de presse à Montréal et à Toronto jeudi, et le président Bob Nicholson a déclaré qu’il était très excité à l’idée de tenir cet événement dans deux des plus grosses villes au Canada.

« C’est une journée excitante pour les amateurs de hockey des provinces de Québec et de l’Ontario, ainsi que pour le reste du Canada, a indiqué Nicholson. Ces deux villes possèdent des traditions de hockey très fières et ont manifesté leur intérêt pour cet événement pendant de nombreuses années. Nous avons très hâte d’accueillir le monde du hockey à Montréal et Toronto. »

Les villes se diviseront les rondes préliminaires à chaque année, alors qu’un groupe jouera au Centre Bell à Montréal et que l’autre jouera au Air Canada Centre à Toronto. La ronde des médailles sera présentée à Toronto en 2015 et à Montréal en 2017, tandis que le Canada disputera ses matchs de ronde préliminaire dans la ville qui ne sera pas l’hôte de la ronde des médailles. Le Canada accueillera également le Championnat mondial junior en 2019 et 2021, mais Nicholson a mentionné que Hockey Canada ne devrait pas commencer à considérer l’identité des villes hôtes avant 2015 au plus tôt.

La dernière fois que le tournoi a eu lieu au Canada, c’était en 2012, alors que Calgary et Edmonton étaient les hôtes. Nicholson a déclaré qu’entre 180 000 et 185 000 personnes s’étaient vu refuser des billets parce qu’il n’en restait plus, alors il espère trouver un moyen de s’assurer que plus de gens réussissent à s’en procurer pour voir les meilleurs jeunes joueurs à l’oeuvre dans deux des plus grands amphithéâtres au pays.

Toronto en sera à sa première présentation de l’événement, alors que Montréal accueillera le tournoi pour la première fois depuis 1978, quand un jeune de 16 ans nommé Wayne Gretzky portait les couleurs du Canada.

« Je crois que ça va être très spécial, a mentionné Nicholson. On a vu comment ça s’est passé à Calgary et Edmonton – on avait 180 000 personnes sur la liste d’attente pour avoir des billets. On doit s’assurer de pouvoir faire entrer le plus de gens possibles pour assister à ces matchs, et c’est une chose sur laquelle on va travailler pendant l’été. »

Nicholson a précisé qu’en 2012, les matchs n’impliquant pas l’équipe canadienne avaient attiré en moyenne 14 500 spectateurs.

« On veut que ce chiffre soit encore plus élevé pour que les joueurs de tous les autres pays, pas seulement du Canada, jouent devant des salles combles », a-t-il dit.

Nicholson estime les retombées économiques des deux événements combinés à 200 millions $, mais il considère ce chiffre comme très prudent.

« C’est assez facile de dire 200 million $, parce que quand je regarde Calgary/Edmonton c’était 90 millions $, a-t-il indiqué. Je crois que si on fait bien les choses, 200 millions $ est un chiffre assez léger. Je sens vraiment qu’on pourra atteindre un chiffre plus élevé que ça.

« On avait tout de même de la demande pour 180 000 à 185 000 personnes de plus à Calgary et Edmonton. »

Les retombées économiques bénéficieraient aux différents programmes de hockey à travers le Canada, principalement en Ontario et au Québec, ainsi qu’à la Fédération internationale de hockey sur glace et ses membres.

Mais au final, ce sera une façon pour Hockey Canada de tenter d’attirer l’attention des jeunes canadiens, qui choisissent de plus en plus de s’adonner à d’autres sports qu’au hockey. Nicholson veut leur montrer ce dont a l’air le sport quand il est joué à son plus haut niveau, et il croit que ça les convaincra de commencer à jouer au hockey.

« Notre objectif est de nous assurer que tous les jeunes veuillent pratiquer ce sport, a-t-il déclaré. Nos défis sont différents aujourd’hui – notre démographie est en train de changer, nous avons beaucoup d’immigrants qui arrivent dans notre pays. On veut s’assurer qu’ils s’impliquent dans le hockey et qu’ils fassent partie de la culture de hockey que nous avons au Canada. »

HAUT DE PAGE