Nouvellement père, Fleury est prêt à connaître de meilleurs résultats

lundi 2013-04-29 / 13:35
Chris Adamski  - Correspondant LNH.com

PITTSBURGH – Au lendemain matin de la naissance de son premier enfant, une fille prénommée Estelle née vendredi, un Marc-André Fleury fatigué a timidement reconnu qu’il n’était peut-être pas aussi bien préparé qu’il aurait aimé l’être dans le grand art de changer des couches, de nourrir à la bouteille et d’emmailloter sa fille.

« Je ne suis pas encore complètement à l’aise dans ces choses-là », a déclaré le gardien des Penguins de Pittsburgh avec son éternel sourire. « J’ai encore du travail à faire… J’en ai encore beaucoup à apprendre. Je vais y aller une étape à la fois. »

C’est à peu près la même approche qu’il entend prendre à l’égard des prochaines séries éliminatoires de la Coupe Stanley et de mettre derrière lui celles de l’année dernière.

Il n’y a aucun autre gardien présentement actif dans l’Association de l’Est qui a mené son équipe à la Coupe Stanley. En même temps, il n’y a aucun autre gardien actif qui a accordé 26 buts en six matchs des séries non plus.

Mais comme tous ses coéquipiers, Fleury prend l’approche que, ce-qui-ne-te-tue-pas, te-rends-plus-fort, en se rappelant la décevante élimination survenue en première ronde l’an dernier contre les Flyers de Philadelphie.

Fleury a de biens meilleurs souvenirs qu’ils l’inspirent, soit le septième match de la finale 2009 quand les Penguins avaient remporté la Coupe Stanley.

« Ce fut beaucoup plus intéressant que l’année dernière, a indiqué Fleury. Mais il faut apprendre de cela. Il faut apprendre de ce qui est arrivé dans le passé et tenter d’utiliser cette expérience afin d’être prêt pour les présentes séries éliminatoires. »

Fleury a complété samedi soir une autre saison en remportant une 23e victoire en 31 départs. Il a présenté des statistiques semblables à ses deux dernières campagnes. Fleury a été extrêmement constant au cours de ses trois dernières saisons. Sa moyenne de buts accordés s’est située entre 2,32 et 2,39, son pourcentage d’efficacité s’est retrouvé entre ,913 et ,918 pour cent, et bien sûr, il a remporté plus de victoires qu’il a subi de défaites.

Mais ce sont ses performances dans les séries éliminatoires dans les dernières années qui ont porté ombrage à sa constance. Fleury a conservé une moyenne de 1,97 lors des séries éliminatoires 2008 quand les Penguins avaient atteint la finale de la Coupe Stanley, l’année avant qu’il ne remporte la Coupe à l’âge de 24 ans.

Le premier choix du repêchage 2003 n’a cependant pas présenté d’aussi belles statistiques au cours des trois dernières années dans les séries éliminatoires. Il a conservé une moyenne de 3,12, un pourcentage de ,879 pour cent et un dossier de 12-14. Ses statistiques ont piqué du nez en raison de ses mauvaises performance dans les six matchs de la première ronde de l’année dernière alors qu’il a présenté une moyenne de 4,63 et un pourcentage d’efficacité de ,834 pour cent.

Bien sûr, Fleury a été faible sur quelques buts contre les Flyers lors de cette pitoyable série en avril dernier. Mais, il n’a pas été aidé beaucoup par une défense poreuse qui a permis aux Flyers d’obtenir d’innombrables chances de marquer en plus de faire faca à plusieurs avantages numériques.

Tous les joueurs des Penguins et tout le personnel d’entraîneurs ont démontré un soutien indéfectible envers Fleury, tout en soulignant qu’ils l’ont laissé tomber contre les Flyers dans cette courte série alors que l’équipe était l’une des favorites pour remporter la Coupe Stanley.

« Tous les joueurs qui étaient présents dans ce vestiaire la saison dernière n’étaient pas contents de leurs performances à titre individuel et à titre d’équipe et ils savent qu’ils doivent mieux jouer, a déclaré l’entraîneur en chef Dan Bylsma. Et Marc n’est pas le seul à pointer du doigt. Nous n’avons tout simplement pas bien joué en tant que groupe.

« Nous savons que nous devons être meilleurs et nous avons constamment corrigé nos erreurs tant individuellement qu’en tant qu’équipe cette saison. Marc a connu beaucoup de succès cette année et il a remporté plusieurs victoires. »

Fleury a connu des séquences de cinq, sept et quatre victoires cette année. En mars, il a connu une séquence de cinq matchs au cours de laquelle il a accordé trois buts, incluant un jeu blanc le 16 mars contre les Rangers de New York ce qui lui a permis de surpasser le double vainqueur de la Coupe Stanley, Tom Barrasso, à titre de meneur de l’équipe au chapitre des blanchissages avec 23.

« De la manière qu’il a joué, il doit avoir plein de confiance, a indiqué le capitaine des Penguins, Sidney Crosby en parlant de Fleury. Personne ne peut expliquer ce qui s’est passé l’année dernière. Il n’y a donc aucun point sur lequel on peut s’arrêter. Nous avons accompli beaucoup de bonnes choses cette saison afin de mieux nous préparer. Nous avons tous été mis à l’épreuve, y compris Marc.

« Il a connu une très bonne saison et il doit respirer de confiance à la veille des séries. Je sais que nous avons confiance en lui. »

Fleury a été béni d’être repêché en 2003 par une équipe qui, dans les deux années suivantes, allaient ajouter des talents de classe mondiale comme Crosby, Evgeni Malkin et Kristopher Letang. Ça lui a permis d’accumuler des victoires, lui qui a maintenu une moyenne de 38 victoires depuis 2006-07 dans les cinq saisons qui n’ont pas été écourtées par un lock-out ou par des blessures. Cette bénédiction d’être entouré de tant de vedettes ne lui a peut-être pas amené tout le respect qu’il mérite.

Certaines équipes sont bâties autour de leur gardien, mais Fleury lui, est perçu comme le deuxième ou même le troisième violon derrière Crosby et Malkin. Plusieurs équipes se concentrent presque exclusivement sur leur défense, ce qui fait bien paraître leurs gardiens, mais les Penguins sont l’équipe qui a marqué le plus de buts au cours des sept dernières saisons, parfois aux dépens de la moyenne de buts accordés.

Ne vous méprenez pas, cependant. Les coéquipiers de Fleury le respectent au plus haut point.

« Pourquoi devrions-nous référer à ses performances quand on parle des séries de l’année dernière, a déclaré Letang.

« Il a très bien joué cette saison et il s’est bâti une confiance. Ça n’a rien à voir avec l’année dernière. Il a si souvent été bon devant notre filet dans le passé. De la manière qu’il joue, il va entreprendre les séries avec plein de confiance. »