Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.

Les Islanders obtiennent Tim Thomas des Bruins

jeudi 2013-02-07 / 21:58
John Kreiser  - Chroniqueur LNH.com

Peter Chiarelli ne sait pas si Tim Thomas jouera encore, mais si le gagnant du trophée Vézina à deux reprises revient au jeu, ce ne sera pas avec les Bruins de Boston.

Le directeur général des Bruins s’est donné de la flexibilité sur la masse salariale de l’équipe jeudi en échangeant Thomas aux Islanders de New York en retour d’un choix conditionnel de deuxième ronde en 2014 ou 2015. Thomas ne joue pas cette saison, la dernière d’une entente de quatre ans évaluée à 20 millions $, mais les Bruins appliquaient sa moyenne salariale de 5 millions $ sur leur masse salariale en dépit de sa suspension.

Chiarelli a indiqué que le choix au repêchage serait conditionnel à la possibilité que Thomas joue dans la Ligue nationale. L’échange permet aux Bruins d’avoir une marge de manœuvre relativement au plafond salarial pour améliorer leur formation qui est déjà une des meilleures de la LNH.

« Nous avions le sentiment que ça nous donnerait immédiatement de la flexibilité », a expliqué Chiarelli lors d’un appel-conférence, peu de temps après que l’échange ait été annoncé jeudi après-midi. « Les joueurs disponibles seront rares. Parfois, de bons échanges sont réalisés plus tôt, et nous voulons être dans une position où, si quelqu’un devient disponible, nous pourrons être dans la course. »

Chiarelli a révélé qu’il avait parlé de l’échange à Thomas.

« Il a compris. Il était à l’aise avec ça, a dit le directeur général. Il avait l’air d’être en paix avec lui-même. »

Chiarelli a aussi indiqué qu’il n’avait reçu aucune indication que Thomas projetait un retour dans la LNH cette saison, mais il a précisé que l’agent de Thomas, Bill Zito, lui avait dit qu’il « envisage toujours de jouer l’an prochain ».

Cet échange apporte de la flexibilité aux Bruins au sommet de leur masse salariale tout en permettant aux Islanders, qui sont une des équipes à petit budget dans la LNH, d’avoir l’assurance de rester au-dessus du plancher salarial.

« C’est un actif que nous avons obtenu », a dit le directeur général des Islanders, Garth Snow. « Ça nous apporte de la flexibilité avec notre formation pour aller de l’avant. »

Bien que cette transaction soit considérée comme une décision reliée à la masse salariale pour les deux équipes, c’est aussi un échange acceptable, selon la Ligue.

« En autant qu’un joueur a un contrat en vigueur, qu’il a le droit de revenir sauf dans des cas exceptionnels, notre vision des choses est qu’il demeure un « actif hockey » qu’une équipe a le droit d’échanger ou d’acquérir », a dit le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly.

Avant le match des Islanders contre les Rangers de New York à Madison Square Garden, Snow a révélé qu’il avait parlé à Thomas avant d’effectuer la transaction mais il n’a pas voulu dire de quoi il avait discuté ou si Thomas projetait de jouer.

Snow a aussi révélé qu’il n’y avait pas eu de discussions pour reporter le contrat de Thomas à la saison prochaine si Thomas ne joue pas cette saison, ce qui signifie qu'il aurait alors à compléter sa dernière année avant la fin de son contrat. Snow a ajouté que, au meilleur de sa connaissance, Thomas n’avait pas patiné.

Snow, un ancien gardien de la LNH, a rappelé qu’il connaît Thomas, qui est originaire du Michigan.

« De toute évidence, Tim est un gardien de classe mondiale. Il a une excellente feuille de route. Ironiquement, j’ai joué avec Tim lors d’un Championnat mondial, (l’entraîneur des gardiens des Islanders) Mike Dunham et moi, alors il y a des liens ici, a dit Snow. Et en tant qu’ancien coéquipier, c’est un gars qui est très fier de ce qu’il a accompli et je suis très content pour lui. »

Thomas a remporté le trophée Vézina, remis au meilleur gardien de la LNH, en 2009 et 2011. Il a aussi mérité le trophée Conn Smythe quand il a été choisi le joueur par excellence des séries éliminatoires en 2011, menant alors les Bruins à leur première conquête de la Coupe Stanley en 39 ans.

« Il était de toute évidence une partie importante de notre équipe qui a remporté la Coupe Stanley, a dit Chiarelli. Il a eu une très belle carrière ici. Ce fut formidable quand il nous a menés à la Coupe Stanley. Nous n’aurions pas gagné la Coupe Stanley sans lui. »

Il y a eu beaucoup d’intérêt au début pour Thomas, selon Chiarelli, mais ça s’est estompé pendant le conflit de travail.

« Nous en avions parlé il y a deux mois, a dit Chiarelli en relatant ses discussions avec les Islanders. Nous avions fait savoir que c’était une chose que nous aimerions faire. »

Thomas a fait les manchettes la saison dernière quand il a refusé d’accompagner les Bruins à la Maison-Blanche, et il ne s’est jamais gêné pour faire connaître ses opinions. Ce n’était pas toujours apprécié par quelques-uns de ses coéquipiers, et on a demandé à Chiarelli quel genre de réception Thomas aurait reçu s’il revenait au jeu ou quand il serait de retour.

« C’est difficile à dire, je ne veux pas faire de spéculations, a dit Chiarelli. Tim peut avoir du caractère et avoir des principes auxquels il tient sur plusieurs aspects différents.

« Il est, il était, tout un gardien. Il nous a aidés à remporter une Coupe. Je le compare parfois à un lanceur gaucher quelque peu original qui totalise 200 manches et remporte 18 ou 20 victoires par année. Ce que j’ai appris de Tim, c’est qu’il faut regarder le niveau de compétition d’un gardien. Il a fait en sorte que je vois les gardiens d’une façon différente. »

HAUT DE PAGE